mariniere« La compétitivité, ce n’est pas qu’une question de coût du travail, c’est aussi l’innovation, la recherche, le goût du risque ». Ainsi avait réagi Jacques Attali à la sortie en novembre 2012 du rapport Gallois intitulé « Le pacte pour la compétitivité de l’industrie française » qui a directement inspiré le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi). Dans sa réflexion, Louis Gallois reléguait le numérique, comme les biotechs ou les nanotechnologies, au rang de « technologie générique », certes vitale pour toutes les industries, mais qu’il était loin d’ériger au rang de levier de la compétitivité nationale.

Au jeu des rapports, un an plus tard, la Commission « innovation 2030 », présidée par Anne Lauvergeon, rend le sien : « Un principe et sept ambitions pour l’innovation ». L’idée : instaurer un principe d’innovation qui vient équilibrer le principe de précaution. Dans ce rapport, il est écrit avec un discernement bienvenu que « le numérique irrigue durablement tous les champs d’innovation, avec une évolution très rapide. » Entre temps, en juin dernier, dans le cadre de Futur en Seine, le Premier ministre a rappelé que le numérique représente un quart de la croissance française et de la création d’emplois.

Comme le disait Marc Andreessen, l’auteur du premier navigateur web Mosaic : « le logiciel dévore le monde ». Il impacte tous les maillons d’une chaîne de valeur. Il va bouleverser les équilibres concurrentiels dans de nombreux secteurs industriels. Les dirigeants de nos entreprises nationales n’ont pas toujours bien assimilé la portée de ses usages. Pourtant, le numérique constitue bel et bien un enjeu de souveraineté pour que la France soit durablement une puissance économique prospère.

Alors, le numérique made in France doit être porté haut et fort. Depuis quelques années, la France est un terreau d’innovations numériques bouillonnant. Celles-ci doivent être portées à la connaissance des acheteurs tant publics que privés. Et cela, pour que nos start-ups numériques nationales puissent grossir et atteindre enfin une taille critique et suffisante pour rivaliser sur des marchés globaux.

Digital MIF est un agitateur de l’économie numérique, un espace de promotion de l’innovation numérique française, et un outil de visibilité au service des entrepreneurs de l’industrie digitale.

34 plans reconquete

La France industrielle de demain se dessinera avec les technologies numériques ou ne se dessinera pas.