Jacques Attali n’est jamais aussi brillant que lorsqu’il improvise (ou tout du moins lorsqu’il nous donne l’impression d’improviser). C’est ce qu’il a fait lorsqu’il s’est exprimé sur la scène du TEDx d’Issy les Moulineaux (le 29 avril dernier dans l’amphithéâtre de la tour de Bouygues Telecom). Le thème qu’il a choisi d’aborder n’est pas lié directement au numérique, mais à l’entrepreneuriat au sens large.

Il a appelé l’auditoire à s’interroger sur le sens que les entrepreneurs donnent à la création de leur entreprise. « La première entreprise que nous avons à gérer est notre vie », a-t-il dit. Alors, deux choix s’offrent à tous : « Soit nous gérons notre vie comme une entreprise, et nous la consacrons à gagner le maximum de richesses pour créer les conditions d’une vie matérielle la plus heureuse possible, soit nous considérons que notre vie n’a de sens que si elle est une oeuvre d’art, autrement dit, quelque chose d’unique, qui est beau et qui laisse une trace dans le souvenir des autres. » La richesse n’est naturellement pas que matérielle. A méditer…