Faire de la France un vaste accélérateur de startups. C’est l’objectif du dispositif French Tech, qui a succédé aux « Quartiers Numériques ». La French Tech s’accompagne du label « Métropole French Tech », qui distinguera les agglomérations régionales du territoire qui rassemblent tous les ingrédients favorables au développement des jeunes pousses numériques hexagonales (culture de l’entrepreneuriat, formation de talents, excellence technologique, financement, etc.).

Paris étant labellisée d’office, à la date du 21 juin 2014, 16 agglomérations se sont portées candidates au label « Métropole French Tech ». Seize candidatures dénombrées en tenant compte de la candidature à deux têtes de l’Alsace (deux sites web pour une seule candidature) ! Quinze candidatures seraient donc plus justes.

Dans une démarche de synthèse, Digital MIF a souhaité placer ces candidats déclarés sur une carte. Une agglomération candidate est représentée par un point d’intérêt (POI) sous forme d’étoile. Un clic sur chacune des étoiles fournit le lien du site web French Tech mis en ligne pour promouvoir l’action du candidat concerné.

Il est possible que nous ayons omis telle ou telle candidature. N’hésitez pas à nous signaler un oubli. Cette carte sera mise à jour régulièrement puisque les labellisations se font au fil de l’eau, sans date butoir.

Rappel du modus operandi du processus de labellisation « Métropole French Tech » 

> Pour être labellisé « Métropole French Tech », un territoire doit s’appuyer sur :

  • un écosystème entrepreneurial existant parmi les plus remarquables en France ;
  • une stratégie ambitieuse de développement de cet écosystème ;
  • des acteurs du territoire mobilisés et fédérés autour de cette stratégie ;
  • des programmes opérationnels au service de la croissance et de la visibilité des startups et entreprises de croissance du territoire ;
  • des espaces identifiés et des infrastructures favorables au développement de ces entreprises.

> Les principaux documents à consulter pour comprendre la labellisation « Métropole French Tech » :